L’anorexie

Avatar du membre
Algerie hicmed

Administrateur du site
Points : 492,00 
Messages : 249
Enregistré le : 25 janv. 2021 15:35
1
Filière : Médecine
Niveau : Médecin généraliste
Genre :
Pays :
Algerie (dz)
Algerie

L’anorexie

Message par Algerie hicmed »

L’anorexie

La différence entre maigrir et être anorexique, que la première est la perte de poids avec mesure et la plus part du temps dirigé par un spécialiste, et la deuxième est un trouble du comportement alimentaire

Certains problèmes de personnalité sont plus fréquemment associés à un trouble alimentaire : perfectionnisme, tendance à réagir sur un mode en " tout ou rien ", faible estime de soi, difficultés dans le mode de relation aux autres

La cause principale, la culture actuelle basée sur la minceur et la beauté comme signes extérieurs de succès et de bonheur.
L’anorexie est un trouble psychologique grave, principalement il se détecte sur les femmes et peu sur les hommes. Depuis peu de temps les statistiques nous montrent que dans le genre masculin l’anorexie est entrain d’augmenter, ce qui n’encourage pas du tout.

Je vais vous parler de Miriam 15 ans, à sa naissance elle pesait 4kg500, un bébé, rond, de ceux que l’on voudrais manger à petit morceau tellement ils sont beau..

Sa maman était fière, car tout le monde la regardait et disait, » mon Dieu si on dirait qu’elle a déjà deux mois et elle vient juste de naître « !!!

Jusqu’ici tout allait au bien, elle grandit, et commerça à aller à la crèche puis à la maternelle, puis en primaire, disons que c’était une fillette grande pour son âge mais que bien sur, elle ne faisait pas peur, ce n’était point un phénomène du cirque.

Elle adorait manger, sa maman envisageant un problème de futur obésité, lui donna pour son goûter pour l’heure de la récréation, une pomme, une poire, des choses légères pour qu’elle ne grossisse pas.

Cette pomme et cette poire entraînaient parfois certaines moqueries de son entourage, déjà dans les premiers cours de primaire, et les mots les plus méchants, les plus saignants sortaient de la bouche de certains enfants, « regardez la grosse elle se met au régime », et les cours poursuivirent.

Parfois le soir elle regardait la télévision avec sa famille, et dans les pauses de la pub, elle découvrait, la vraie beauté, celle que si tu bois de l’eau d’une certaine marque, tu devenais la femme la plus belle et la plus svelte.

Les yaourts aux zéros de calorie que semblaient manger les blondes au corps parfait, dans cette ambiance de pub intentionné s’éleva Miriam.

A l’âge de 12 ans elle se trouvait dans la situation de toutes fillettes grassouillettes, celle qui n’aimait pas aller à la cour faire la gymnastique, et donnait milles excuses chaque fois, celle qui se trouvait hors combat quand les autres commençaient à parler du maillot de bain, et même, si elle osait dire n’importe quoi, certaines de sa classe la regardaient des pieds à la tête avec un geste de pitié sur leurs lèvres.

L’intolérance, la cruauté, la société qui n’admet les différences d’autrui furent leur affaire.


Elle commença par ne plus manger ses pommes, le petit déjeuner elle ne le prenait presque jamais car elle allait être en retard pour l’école, elle pris l’habitude de demander à sa mère de l’argent pour manger à la cantine, chose qu’elle n’y si approchait presque jamais, et quand elle y allait à peine elle mangeait, car un jour elle avait mal al estomac, l’autre au ventre, l’autre à la tête…..
Au bout d’un an de régime spécial, tout le monde lui disait qu’elle était plus maigre et plus jolie. Sa mère l’encourageait à suivre son régime, sans savoir celui qu’elle faisait.

Elle dormait peu, elle voulait que le jour arrive vite pour poursuivre sa course vers la beauté et la admission au clan des parfaites.

Jour à jour elle devenait plus belle aux yeux de tous, mais elle n’était pas encore à ses yeux dans la perfection désirable, ce qui fût qu’elle durcisse encore plus son régime.

Elle ne voulait jamais que sa mère la voie nue, elle interdisait à sa mère l’entrée à la salle de bain quand elle prenait sa douche, elle avait 15 ans et n’avait pas encore ses règles.
Manque d’intérêt de sa mère ?? Je dirai que pas trop, car sa fille était du genre tranquille et obéissante en tout moment.

Mais son visage commençait à montrer sa fatigue, ses yeux voilé d’une lueur d’épuisement, la non communication de l’extérieur, chaque jour beaucoup plus de temps en solitude. Cela faisait deux ans qu’elle n’apparaissait pas à l’école lors de la révision médicale annuelle.

Un beau jour au milieu de la cour elle tomba sur le nez, et tout de suite elle fut emmenée à l’infirmerie pour la soigner au cas de blessure, et la sous l’absence de blessure, l’infirmier lui prit la tension, presque pas, vite à l’hôpital.

Sa mère arriva au plus vite, le docteur lui annonça le mal de sa fille, 15 ans à peine 30 kg..

Elle dessinait son corps dans les thérapies du centre, telle comme elle se voyait, elle, Miriam de 15 ans malgré ses 30kg, elle se dessinait comme si elle en avait 100 kg.

Aujourd’hui elle a 16 ans, elle continue sa thérapie, car elle est encore loin d’être sur le bon chemin
Nous devons informer encore plus, insister dans les écoles ou les adolescents restent à la Cantine, qu'il faut vraiment être vigilant et au premier symptôme alerter la psychologue du centre qui fera son rôle intermédiaire entre l'adolescent, ses parents et le Docteur, et un suivi postérieur

Article rédigé par Régina


Faire un don,
On faisant un don pour le forum vous assurerez la continuité du service ➡️ [Vous devez être Inscrit et Connecté pour voir les liens] ; Merci pour votre collaboration



© Amis-Med.com




Partager vos fichiers
Ce forum est basé sur l'entraide, vous pouvez partager vos fichiers avec nous et participer dans l'enrichissement de cet espace ➡️ Partager ; Merci pour votre collaboration

×
info! un nouveau programme de cotisations est mis en marche voir programme